Espèce de bouffeur de graines !

Une question m’est souvent posée par les gens que je rencontre : « qu’est-ce que tu manges alors ? ».

Il est à mon avis tout à fait légitime de s’interroger sur l’alimentation d’un végétalien lorsque l’on vit dans une société où tout le repas tourne plus ou moins autour de la viande, du beurre et du fromage. Ce qui est intéressant, c’est que depuis que je suis « devenu » végétarien (comme si c’était une religion…) puis végétalien, j’ai en fait varié mon alimentation et découvert tout plein de bonnes choses. Sur la photo, c’est un burger aux champignons portobello, au bacon de tempeh et à la sauce à la crème d’ail. Légumes, céréales au nom barbare… Mais pas besoin d’aller chercher très loin !

Tout d’abord, et sans avoir aucune statistique pour m’appuyer, je ne pense pas me tromper en disant que tout le monde en France mange une grande quantité d’aliments parfaitement végan. Les frites, c’est végan. Les pâtes à la sauce tomate, c’est végan. les haricots verts, c’est végan. La confiture, c’est végan. Les oréos, c’est végan. Le couscous aux légumes, c’est végan. Les pringles goût bacon, c’est végan.

La plupart du temps, je mange des choses que tout le monde connaît et mange aussi… De la soupe avec du pain, du riz avec des légumes, des pâtes…

Mais pour beaucoup de gens, il faut un truc avec, un truc avec une texture particulière, entre les pâtes et les brocolis. Ça n’a aucune justification autre que l’habitude, mais c’est comme ça. La viande ou le fromage râpé ne sont pas nécessaires à notre santé, mais l’assiette est vide sans eux. La question est alors : par quoi remplacer tout ça ?

Ce qu’on va trouver de pas végan peut à mon avis se diviser en deux catégories :

  • Les aliments dont la composante principale est issue des animaux : du poulet rôti, du poisson, une omelette, un camembert…
  • Les aliments contenant des ingrédients issus des animaux à titre accessoire : un pesto classique, du chili, un gâteau au chocolat…

Le truc chouette, c’est que même si l’on ne veut pas (ou pas encore) s’aventurer dans l’inconnu et que l’on tient à retrouver dans son assiette quelque chose de familier, on peut le faire avec des choses parfaitement végétales.

Pour la première catégorie d’aliments, c’est parfois compliqué, il faut bien l’avouer. Si vous ne mangez plus de magret de canard, ne comptez pas retrouver un aliment exactement identique au magret de canard. Mais cela tombe sous le sens : si vous ne mangez plus de pommes, c’est pareil. Il faut de toute façon accepter qu’une transition est nécessaire, et changer ses habitudes. Et oui, on peut se passer de magret de canard. Et de pommes.

Ceci étant dit, on peut retrouver quelque chose de relativement proche de ces aliments, en goût comme en texture. Il existe de la « fausse viande », du « faux-mage » (médaille d’or du jeu de mots végan), du « faux-gras » (médaille d’argent)… Encore une fois, il ne faut pas s’attendre à trouver la même chose que les « vrais » aliments. Cela n’est pas le but, et c’est impossible. Le principe de ces aliments est notamment de permettre de recycler les recettes qu’on avait l’habitude de faire avant, tout en évitant d’utiliser les animaux : un burger, un steak-frites… Les saucisses « type knacki » sont assez bluffantes par exemple. Des recettes végan, on en trouve des originales, mais aussi des « traditionnelles », qui s’inspirent des recettes carnées. Et c’est tout à fait légitime.

Pour la deuxième catégorie d’aliments, c’est beaucoup plus facile. TOUT est remplaçable. Le beurre par de la margarine ou de l’huile d’olive, les œufs par de la fécule, des graines de lin, de la compote, des bananes ou de l’aquafaba selon les cas. La viande hachée du chili est remplaçable par du seitan ou du tofu, le lait de la béchamel par du lait de soja, de riz ou de coco.

Moralité : manger végan à la maison, c’est vraiment super facile.

Quant au mois de mars, je le dis sans aucune arrière-pensée politique, ça m’étonnerait qu’il passe l’hiver.

5 Comments on "Espèce de bouffeur de graines !"

  1. Coucou ! Ah mais oui, comme monsieur Jourdain, nous sommes tous vegans sans le faire exprès !
    Une question quand même : la vie sans beurre ni crème vaut-elle la peine d’être vécue ?
    Et aussi : comment se fait-il que tous les articles se concluent de la même façon ? Qu’est-ce que ces articles vont devenir après le 20 mars 2016 ?
    Allez, bon appétit !

    • La vie sans beurre ni crème à base de lait animal vaut bien plus la peine d’être vécue que la vie sans chocolat ni courge (j’adore les courges) ! Le potiron, c’est la vie. Et dans butternut, il y a butter, et je défie quiconque de me contredire.

      Et il est possible – mais peu probable – que ces articles, tout comme le mois de mars, soient ce jour-là occupés à fêter l’anniversaire de la naissance de René Coty.

  2. Merci pour les petits liens glissés ça et là c’est super pratique 😉

  3. Je suis sciée d’apprendre que les Pringles goût bacon sont vgl ! C’est très drôle, tiens ! J’avais déjà fait un effet boeuf (lol inside) quand j’ai dégaigné ma sauce barbeuc’ Heinz… Allez je continue ma lecture sur ton blog 🙂

    • En tout cas, ils l’étaient à l’époque où j’ai écrit l’article. J’espère qu’ils ne se sont pas lancés dans une campagne de viandisation de leurs pringles depuis !

Laisser un commentaire