Ça s’passe comme ça chez McDonald’s, Bob

Lettre ouverte à Bob. Bob, c’est peut-être toi, c’est peut-être l’un de tes contacts. Bob, c’est aussi Bobette, mais épicène :

«Bob. Toi et moi, nous apprenons les mêmes nouvelles, qui concernent les alternatives végétariennes ou végétaliennes qui sont de plus nombreuses dans les restaurants ou les magasins en France. Flunch, McDo, Barilla, Fleury Michon… Le burger végé de McDo arrive demain en France et un burger vegan est en test en Finlande. Mais toi et moi, nous n’accueillons pas ces changements de la même manière.

Visiblement, pour toi, ces évolutions sont un problème. J’ai essayé de comprendre tes arguments, mais j’ai eu un peu de mal, je te l’avoue. Tu m’as perdu à « hypocrisie » ou à « pour le fric ». Je pense simplement que l’on ne réfléchit pas à cette question de la même manière. Tu réfléchis peut-être aux motivations qui sont derrière, ou à ton cas personnel. Je pense aux conséquences que ces évolutions ont pour les animaux.

Tu as plusieurs arguments. D’une part, tu n’hésites pas à intervenir sur tous les articles parlant du nouveau burger de McDo ou des produits vegan de telle ou telle grande marque pour dire : « N’importe quoi… J’irai pas bouffer cette merde en tout cas ». Pardonne-moi d’être direct, Bob, mais le fait que toi, vegan « convaincu », souvent activiste, qui as déjà pris l’habitude de te faire à manger et de te passer des fast-food et des produits transformés des grandes marques (pour quelque raison que ce soit), n’aille pas chez McDo pour goûter son Grand Veggie, on s’en tape. « Osef », comme disent les vieux qui croient imiter les jeunes. Pareil pour moi, remarque bien.

Enfin, plus précisément, tu fais ce que tu veux. Je ne vais bien entendu pas dire que c’est un devoir d’aller manger le nouveau burger du clown qui fait peur. Mais comprends, Bob, que tu n’es sans doute pas la cible visée par ce genre d’initiatives, et moi non plus. Pense que la grande majorité des gens qui deviennent végé finissent par remanger de la viande (84% d’après une étude, mais même si l’on peut discuter du nombre, je pense que le fait même ne prête pas trop à controverse). Pas parce qu’ils ne sont plus convaincus que la viande suppose la mort d’êtres sensibles, mais parce que l’environnement autour d’eux n’est pas forcément des plus accueillants. Ce n’est pas le « pourquoi » qui les fait « retomber » dans le carnisme. C’est le « comment ». Plus le vég*isme sera facile à adopter, plus les gens l’adopteront. Il est important d’expliquer l’antispécisme, de montrer les images de ce qui se passe dans les abattoirs, mais il est tout aussi important que les industriels, les commerçants, les restaurateurs participent à ce changement. On ne change pas le monde si le monde ne veut pas changer.

Et plus largement, comprends que l’introduction d’une option végétarienne, ou, mieux, végétalienne, chez un géant comme McDo par exemple, c’est une avancée pour les animaux. Et que lorsque je vois que tu considères qu’un McDo avec burger végé et un McDo sans burger végé c’est, toutes choses égales par ailleurs, la même chose, je suis interloqué, Bob. Je suis même pantois. WTF, Bob, WTF.

Pourquoi luttons-nous ? Pourquoi passons-nous tant de temps à expliquer ce qui se cache derrière la viande ? Pour que les choses changent. Et quand les choses changent, tu n’es pas content. Je ne te comprends pas. Je suis perplexe. Que te faut-il, Bob ?

Tu pestes contre McDo et les géants capitalistes. Là, je te comprends. Nous partageons probablement pas mal d’opinions quant à l’ordre du monde tel qu’il devrait être, Bob. Moi non plus, je ne considère pas que McDo, ce soit glop, top ou bath. Je suis bien conscient du mal qu’une société comme McDo peut causer. Mais tu sais, Bob, tu ne vas pas faire tomber McDo en boycottant son burger végé. Tu ne luttes pas non plus en faveur du mariage pour tous en appelant au boycott d’un pot de pesto vegan barilla. Quant à flunch… Bon, flunch c’est dégueu, d’accord.

Si les végétariens boycottent le burger végétarien de McDo, ou si les vegan boycottent le futur burger vegan de McDo, McDo ne va pas fermer. McDo va continuer à participer massivement à l’exploitation des animaux, humains comme non humains. Et McDo, en outre, va arrêter de faire des alternatives végé parce qu’elles n’auront pas eu de succès. C’est perdant-perdant. Autre hypothèse : les végé vont chez McDo et commandent un Grand Veggie. Je pense, Bob, que ce serait un signal lancé à l’industrie : oui, il y a un marché à prendre, oui, les gens réclament ce genre d’options, veulent moins de viande et plus d’alternatives. Quand je dis « l’industrie », c’est McDo, mais aussi les autres : si ça fonctionne, Burger King s’y mettra, puis d’autres. Les gens pour qui le « pourquoi » dont je parlais ne fait aucun doute, mais qui luttent avec le « comment » auront de nombreuses possibilités, et s’ils veulent se goinfrer d’acides gras saturés et de sucre… C’est pas mon problème. Du moment que ça leur fait choisir l’option végé plutôt que le Big Tasty Bacon Saindoux Foie Gras Triple Fried Cheese, je dis « youpi », je sautille trois fois sur place, et je redis « youpi » pour faire bonne mesure.

Tu me parles aussi des motivations de ces entreprises.

Oui, elles font ça pour le pognon.

Oui, elles sont souvent très hypocrites dans leur communication. De la même manière que les industries du bio font pas spécialement ce qu’elles font pour protéger la planète, et de la même manière que de nombreux petits commerces vegan font aussi ça, entre autres, pour gagner de l’argent. Ce qui n’est pas une honte.

Mais ça aussi, Bob, osef. Peu me chaut de leurs motivations. Les gens font souvent de bonnes choses pour de mauvais raisons, comme disait Saul Alinski. Je m’intéresse aux conséquences pour les animaux, comme je te l’ai dit. Et rendre le vég*isme « normal », facile d’accès, peu cher, c’est une avancée, oui. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre – et en plus c’est pas vegan – mais on n’attrape pas non plus les végé potentiels avec des hot dogs bio sans gluten à 12 euros. Enfin pas seulement. Tout le monde n’est pas comme toi, Bob. Il y a des gens qui veulent aller au McDo, qui y accompagnent des amis, des gens qui pour le moment prennent le Filet-O-Fish en se disant que c’est « moins pire » (alors que c’est probablement « plus pire ») et qui demain pourront prendre le Grand Veggie, et après-demain le Vegan Burger.

Et tu sais quoi, Bob ? Ces gens là sont nombreux. Plus nombreux que toi, moi, et tous les activistes animalistes réunis. Les flexi, les végétariens à temps partiel, tous ces gens-là, comme toi et moi, ont un impact, mesurable positivement et négativement, sur les animaux. Et ils sont beaucoup, beaucoup, beaucoup. Essayons de faire en sorte que l’impact en question soit le plus positif possible, et démocratisons autant que faire se peut les alternatives.

Nous sommes toujours amis, Bob, si tu veux de mon amitié. Je veux même bien te faire un bisou, échanger mon sang comme les Scythes ou les scouts (bon, je connais peu les us et coutumes scouts) ou partager une pizza ou un bon bo bun vegan avec toi dès que tu veux. Mais simplement, je ne comprends pas pourquoi tu tiens à rendre les choses si compliquées, pourquoi tu ne te dis pas davantage que tout le monde ne réfléchit pas comme toi, loin s’en faut, et pourquoi le fait que la société se végétalise peu à peu n’est pas pour toi un progrès, si modeste soit-il.

Sur ce, Bob, je t’aime. Xoxo.»

36 Comments on "Ça s’passe comme ça chez McDonald’s, Bob"

  1. Alors d’une, je découvre que le président de Barilla était homophobe. 4 ans après sa déclaration. Je ne savais même pas qu’il y avait eu un mouvement de boycott…
    http://www.huffingtonpost.fr/2013/09/26/homophobie-barilla-boycott-patron-barilla-ne-veut-pas-homosexuels-publicites_n_3995135.html
    Comme quoi, le boycott de Barilla n’a pas eu autant beaucoup d’impact pour la lutte contre l’homophobie qu’on aurait pu l’espérer… Même si j’imagine que sur le moment, il a pu y avoir un creux ponctuel dans les ventes, ça a pu faire une petite leçon pour Barilla et qu’ils feront un peu plus attention à leur comm à l’avenir.

    Et de deux, TU M’APPELLES PLUS JAMAIS BOB, OK ?!
    Et quand tu dis « Mais toi et moi, nous n’accueillons pas ces changements de la même manière. », t’es pas dans ma tête, d’accord ?! Je pense exactement pareil, alors…
    Ah … Ah, ouais… c’était pas à moi que tu t’adressais, désolé… Bob, c’est bien.

  2. On échange pas notre sang, nous, scout.
    Voilà voilà …

  3. Je suis vegan, activiste, militant convaincu (très activiste, très militant et très convaincu). Je suis allé une fois, il y a de nombreuses années, me nourrir (façon de parler…) dans un Mac Do, par curiosité sociologique. Conclusion? C’est gras, c’est sucré, c’est mou, bref très régressif et calamiteux à tous points de vue. Mais je ne vois aucune bonne raison d’empêcher les millions d’entre mes contemporains de s’y rendre et d’y trouver un réel plaisir, et Inugami exprime fort bien tout l’intérêt à voir proposée une offre vegétale dans ce contexte. C’est une très, très bonne nouvelle parce qu’elle tendrait à confirmer l’implantation du vég*isme dans la société. Et si j’ai bien une crainte, c’est que le mouvement vegan ne soit qu’une mode qui fait rapidement pschitt et ne devient plus qu’un petit paragraphe à ajouter à une future rééditon mise à jour de l’excellent livre de Renan Larue sur l’histoire du vég*isme.

  4. Merci d’avoir si bien écrit 🤗👍 je n’aurai pas mieux dit, ce ressenti et cette explication. Parfait, je partage pour tenter de faire comprendre

  5. Sahra-aida CHERIF | 10 octobre 2017 at 10:06 | Répondre

    Super article, j’avoue avoir été circonspecte et attendu de me faire une vraie idée sur la question avant d’envisager de sauter le pas (ou se gaver de gras). Tu m’as convaincue, je ne suis plus une bobette anymore 😀
    Par ailleurs, je vais découvre ton blog et j’aime beaucoup!
    Much love

  6. Bonjour, je voulais signaler que Mac Do était pas un exemple isolé et que l’on peut regarder du coté des autres chaines présentes aux USA et Canada où ces mêmes chaines proposent pour la plupart des Burgers VG (je ne sais pas si ils sont Vegans par contre) – En effet, Burger King en propose, A&W en propose, et Mc Do proposait un Wrap VG (facilement convertible en mode Vegan en demandant de ne pas mettre le fromage). Il existe donc au moins deux chaines (je pense que Taco Bell aussi propose des choses) très bien implantés qui proposent une option VG.

  7. Punaise, qu’est-ce que tu écris bien Inugami! Un style pareil ça rend jaloux 😉

    • Alors de deux choses l’une :

      – Soit c’est une personne homonyme d’Estiva Reus qui m’écrit ce commentaire et dans ce cas « merciiiiiiii »,
      – Soit c’est Estiva Reus qui m’écrit ce commentaire et dans ce cas-là je suis mort de fierté le clavier à la main et je peux même plus répondre.

  8. Extrèmement d accord avec toi !
    J ai déjà été mangé chez mac do ou burger king et à chaque fois j ai demandé à ce qu on me prépare un sandwich sans viande en montrant que j étais très embêtée de voir qu il n y avait rien de prévu pour les végétariens. Et à chaque fois on m a préparé quelque chose de sympa ( spécialement chez burger king une fois oú ils s étaient vraiment pris la tête ).
    Je leur demandais aussi que rien qui serve à préparer la viande ( spatule plaque de cuisson) ne touche mon burger…j’y suis retournée il y a quelques temps pour savoir si le burger végé allait bien arrivé, j ai posé des questions etc…je pense que c est comme cela que les infos remontent jusqu en haut en montrant qu il y a de la demande et que les gens veulent que ça change….c est un petit changement mais c est un changement !
    Le pire serait effectivement que ses alternatives disparaissent….non le végétarisme n est pas un échec, il se doit de devenir « norme » pour que plus de gens puissent l adopter !

  9. « Tout le monde n’est pas comme toi, Bob. Il y a des gens qui veulent aller au McDo, qui y accompagnent des amis, des gens qui pour le moment prennent le Filet-O-Fish en se disant que c’est « moins pire » (alors que c’est probablement « plus pire ») et qui demain pourront prendre le Grand Veggie, et après-demain le Vegan Burger. »

    L’histoire de ma vie. J’suis contente de pouvoir manger un burger végé quand mes potes vont chez mcdo maintenant

  10. Bonjour bonjour !
    Tout d’abord je tiens à dire que c’est la première fois que je vous lis et ce fut une expérience très plaisante ahah
    Mais deux réflexions persiste après lecture. Déjà, il y a la question de la cuisson, car je pense que le steak vegé sera cuit sur la même plaque de cuisson que les autres. Je ne suis pas végan bien que mon alimentation et surtout ma consommation de viande a bien changé depuis plus d’un an, mais il me semble que beaucoup de végan ne mange pas d’aliments ayant été en contact avec de la viande. Voilà peut être une raison de la retissance de Bob a aller manger ce burger.
    Ensuite, une deuxième raison pourrait être le désir de ne pas enrichir la société Macdo ! Je sais que ça rebute pas mal de personnes de mon entourage.
    Qu’en pensez vous ?
    Mais il est vrai que cela reste malgré tout un changement qui montre à ceux qui disent  » les végans ne peuvent pas changer le monde  » parce que je le vois changer de plus en plus, le monde 🙂

    • Bonjour à vous !

      Déjà, merci 😉

      Ensuite, et si je puis me permettre, je vous encourage à continuer votre changement alimentaire, chaque pas compte ! Bravo à vous.

      Concernant vos questions, je voudrais déjà apporter une petite précision. Bien sûr, je ne dis pas qu’il FAUT aller manger ce burger, hein. Ce que je tente d’expliquer c’est que boycotter pour boycotter n’est peut-être pas une très bonne idée, d’une part, et qu’il faut regarder les conséquences de ses actions d’autre part. Je suis, en gros, ce qu’on appelle un conséquentialiste : les motivations derrière une action m’importent peu par exemple, ce qui est important ce sont les conséquences que cette action a dans la vraie vie. Voilà, ceci étant dit :
      – Concernant l’exemple des plaques de cuisson. Si l’on est vegan, c’est (sauf exceptions) pour les animaux (bon, ou l’environnement éventuellement), pas pour soi. Le fait que mon steak de soja soit cuit avec les mêmes instruments que le steak de vache de mon voisin n’a absolument aucun impact sur l’exploitation animale. Pas un animal de plus n’est tué/exploité/battu/traité injustement parce qu’un nugget de poulet a touché ma sauce frites vegan. Du coup, ce genre de comportements n’a pas de valeur morale en tant que telle : c’est vraiment une question d’envie personnelle. Je comprends que des gens soient dégoûtés de ça, mais ce n’est pas de l’éthique, c’est une préférence personnelle, comme ne pas aimer les oignons crus ou ne pas aimer quand les tomates sont au contact du pain dans un sandwich.
      – Oui, c’est la raison invoquée le plus souvent. J’essaye de répondre à cette objection dans l’article, mais : McDo ne tombera pas, et continuera à exploiter les animaux, que les végé aillent acheter ou pas l’option végé. De nombreuses actions que nous faisons dans la vie participent à l’exploitation animale sans que nous y pensions : quand j’achète du pain, j’enrichis mon boulanger qui va s’acheter un steak après. Quand je mange au resto, je donne de l’argent qui va servir à acheter de la viande pour le service du lendemain. Ceux qui devraient boycotter McDo en l’occurrence, ce sont les gens qui mangent de la viande, pas les végés quand une option végé apparaît. C’est une question de stratégie : on veut montrer qu’il y a une demande, qu’on existe, qu’on est peut-être plus nombreux qu’on le pense, et surtout, surtout, on veut normaliser la chose. Pour aller vite et pour prendre un exemple rapide : je pense que les conséquences positives de « acheter le Grand Veggie » sont plus nombreuses que celles de « boycotter le Grand Veggie » (cf. l’article).

      Merci à vous en tout cas, et j’espère avoir été clair !

      J’espère

  11. MERCI pour cet article !! Je suis d’accord sur TOUT !

  12. Complètement d’accord. C’est marrant nous avons eu une discussion là dessus avec mon mari hier. Bravo pour cet excellent écrit.

  13. Très bon article qui montre qu’avoir une opinion trop tranchée n’est pas forcément une bonne chose. Végétarienne depuis 3 ans, il n’est pas évident de sortir manger avec des amis car pas forcément beaucoup d’offres végétariennes qui donnent vraiment envie. Pas spécialement envie de manger chez Mac do mais ayant une fille de 13 ans elle aussi végétarienne, je trouve que ce genre d’initiative lui permet d’avoir une vie d’ado « normale ». Elle attendait ce burger veggie avec impatience, au début je n’ai pas compris, elle est contre les grands groupes qui exploitent la planète et les animaux mais elle voulait aller le manger son burger. Elle est rentrée à la maison le sourire aux lèvres : c’était trop bon, j’ai adoré… Au final j’ai compris, elle avait mangé avec ses amis dans un fast-food comme une jeune fille de son âge et pour ça je dis merci à macdo. J’irai sûrement le goûter aussi quand j’aurai pas le choix car que macdo d’ouvert et enfin je n’aurai pas que l’option frites( au silicone je rappelle) mais un vrai burger comme chaque membre de ma famille et peut être que la prochaine fois, s’il y en a une, ils prendront eux aussi ce burger veggie. A quand le veggie chez Burger King qui le propose déjà dans de nombreux pays. Cela permettra peut-être à des gens de passer le pas végétarien en tout cas je l’espère.

  14. Je crois que je suis un demi-bob. Je vois l’apparition du burger veggie chez MacDo comme un bonne chose. Comme un signe de plus que le combat pour les animaux est en train d’être gagné. Le système capitaliste libéral et institutionnel intègre de plus en plus la considération pour les animaux, et c’est une excellente chose pour les animaux. Bien sûr, il l’intègre pas par conviction mais parce qu’il est obligé de le faire pour se développer (et se développer pour le système capitaliste, ça veut dire survivre), mais ça je m’en fous en effet, j’attendrai jamais rien d’autre de ce système puisqu’il se définit par et qu’il existe uniquement pour la recherche de profit.
    Mais je suis pas sûr de comprendre qui est ce Bob. Est-ce simplement la personne qui voit l’apparition du burger veggie comme une mauvaise chose, ou la personne qui n’allait pas manger chez MacDo avant le veggie burger et qui continuera à pas y aller après et à inciter ses amiEs à aller manger ailleurs ? Si c’est ça, je suis bien un Bob.
    Parce qu’il n’y a pas que l’exploitation animale qui me dégoûte dans ce système dont MacDo est l’un des symbole les plus représentatif. La liste est longue et on la connaît touTEs.
    Je sais bien que vouloir faire s’écrouler le capitalisme d’un coup en même temps que le spécisme est illusoire, et si ya la possibilité d’affaiblir un peu l’un même sans affaiblir l’autre en même temps, faut pas s’en priver. Mais si ya la possibilité d’affaiblir les deux en même temps ? La question n’est pas simple. Je pense pas que MacDo se dise, tiens ya des parts de marché à gagner, je vais faire un veggie burger voire ce que ça donne, ni qu’il fasse ça uniquement pour récupérer des parts de marché qu’il a perdu. Je pense que c’est un peu des deux. Parce que oui ya des gens qui en découvrant l’exploitation animale veulent pas non plus perdre l’habitude du macdo entre potes, et prennent ce qui leur semble le moins pire. Tant mieux que le veggie burger soit là pour ces gens. Mais il y a aussi des personnes qui en découvrant l’exploitation animale se sont révolté contre tout le système dans lequel elle s’intègre et ne veulent plus mettre un pied dans un fast food. Et c’est tant mieux aussi, je vais pas les en blâmer. Parce que dans l’idéal, quand bien même MacDo ferait que des repas 100% vegan, je veux quand même le voir s’effondrer. Je sais bien que cette position radicale n’est pas partagée par touTes, et qu’on a besoin de tout le monde dans la lutte antispéciste. Mais je pense que cette frange radicale est essentielle à la lutte antispéciste, et aux luttes intersectionnelles de manière générale. Une lutte doit être pensée de manière pragmatique et efficiente, avec des objectifs concrets à court-terme, en s’autorisant des compromis et des concessions, mais elle doit aussi être portée par un idéal utopique lointain, et certaines personnes doivent incarner ces positions intransigeantes (intransigeance vis-à-vis de soi-même j’entends, mais en respectant les autres approches).
    Donc j’irai pas cracher sur les gens qui vont manger leur veggie burger, mais j’irai pas non plus cracher sur les gens qui refusent de passer la porte d’un fast food, appellent au boycott et qui revendiquent ça comme un acte politique pertinent. J’ai peut-être mal interprété l’article, mais c’est un peu comme ça que le le ressens.

    • Merci pour votre question.

      Bob est l’ensemble de ce que j’ai pu considérer comme de mauvais arguments à la sortie de ce burger. J’ai vu des commentaires de gens qui disaient que non, ce n’était pas une avancée. Comme si un burger végé au milieu de burgers non végé pouvait ne pas être une avancée. J’ai vu des gens qui appelaient au boycott parce que McDo ne veut que notre argent. J’ai vu des gens qui ne comprenaient pas que la grande majorité des gens ne boycottent pas McDo, et qui semblaient prêts à tout pour que McDo n’aille pas sur le terrain végé. Et j’ai vu des gens qui ne s’étaient pas posés la question auparavant, parce qu’après tout ils n’allaient pas chez McDo tout simplement en raison de l’absence de choix, mais qui disaient qu’ils allaient boycotter simplement parce que c’était McDo, point. Bob, c’est un peu tout ça. Moi, je fais un peu partie de la dernière catégorie : je n’allais pas au McDo parce que je ne « pouvais » rien y manger. L’arrivée d’un burger végé m’a fait penser à ce que je ferais en cas d’arrivée d’un burger vegan, si vous voulez.

      Mon objectif n’est pas d’attaquer les gens qui boycottent McDo. Je pense simplement que la question n’est pas aussi simple que « c’est McDo, il faut le boycotter ». Je ne prétends pas avoir raison quant à la conclusion, mais je pense qu’il est sain de se poser la question.

      Mon « calcul », qui peut différer du votre, et c’est normal, est qu’il est très, très, très improbable de faire chuter McDo si on boycotte le Grand Veggie. Et que ça n’aura pour conséquence que le retour à des burgers seulement carnés. Alors qu’il est possible de faire en sorte que McDo le garde à la carte, ce qui permettrait de normaliser un peu plus le végétarisme. Je vous renvoie à l’article pour ce point-là. En bref, nous ne considérons sans doute pas « réalisables » les mêmes objectifs. Mais le but ultime est le même. Et, je me répète, je ne dis pas que j’ai raison. Peut-être que je ne suis pas assez « ambitieux ».

      Mais rassurez-vous, je veux aussi voir McDo s’effondrer un jour ou l’autre. Dans mon monde idéal. En attendant, je veux qu’il intègre une option végé, afin que les gens qui ne pensent pas comme nous puissent manger végé plutôt que carné.

      J’espère avoir répondu à votre question ! 🙂

  15. Salut à tous, c’est Inugami. Je me permets un petit topo sur la modération (EDIT : qui se fait ici a priori en validant ou non les commentaires avant qu’ils n’apparaissent, pas a posteriori) :

    J’essaye de rester respectueux. Toujours. Cela inclut le fait de ne pas attaquer mon interlocuteur, de ne pas laisser entendre des choses qui peuvent lui nuire, de ne pas lui prêter des intentions qu’il n’a pas nécessairement, et de ne pas partir en conjectures sur le « pourquoi » il dit ce qu’il dit. Débattre, c’est attaquer les arguments de l’interlocuteur, de manière respectueuse. Pas attaquer l’interlocuteur.

    Je n’ai aucun problème à entendre les arguments qui ne vont pas dans mon sens. C’est comme ça qu’on progresse et qu’on se rapproche de la vérité. En revanche, je n’aime pas, et je pense que je ne suis pas le seul, que l’on s’en prenne à moi, pour insinuer que je suis vendu à McDo par exemple. Je remercie donc tous les gens qui veulent discuter de cet article de rester respectueux, et de comprendre que ce n’est pas parce que nous avons potentiellement un avis différent que je suis un vendu/une merde/un connard.

    Pour être bref : j’accepterai tous les commentaires respectueux (envers moi et les autres), qu’ils aillent dans mon sens ou pas (EDIT : et s’ils portent sur les arguments, pas sur la modération, pas sur moi, pas sur quelqu’un d’autre). Je n’accepterai pas les autres. C’est une simple question de savoir-vivre. Et je resterai respectueux aussi, comme je le fais à chaque fois que je parle à quelqu’un, et que je sois d’accord avec lui ou pas. Vous pouvez voir ici un commentaire de quelqu’un qui n’est pas d’accord, qui me l’a exprimé avec respect, et en répondant à mes arguments, pas en m’attaquant. C’est sain.

    EDIT : exemples d’attaques que je n’accepte pas : je fais de la pub pour le service commercial de McDo. Mon cerveau est un puits sans fond. Je fais de la censure (alors que oui, effectivement, je n’ai à ce jour pas approuvé les commentaires de deux personnes, une qui ne restait pas sur les arguments et qui faisait des allusions déplacées – j’ai en fait autorisé les premiers commentaires puis retiré parce qu’elle continuait -, et une qui ne parlait justement que de la personne précédente, ce qui n’a pas de rapport avec l’argumentaire de l’article non plus).

    Merci.

  16. Intéressant, intelligent, respectueux.
    Bravo et mervi.

  17. Louve des steppes | 15 octobre 2017 at 08:00 | Répondre

    Encore une fois, bravo pour cet article! Vous m’ôtez les mots de la bouche!

    Comme je dis bien souvent, je ne suis pas vegane pour mon nombril (cf ma santé même si ce bienfait indirect est sympa quand même) mais pour ne plus participer au massacre.
    Alors quand mes collègue prennent l’option vege* à la cafétéria quand on mange ensemble (alors que je leur demande rien! Mimétisme?) eh bien je me dis que c’est au moins ca de pris et quelques animaux seront sauvés grâce à ces petits gestes.

    Je rejoins votre pragmatique et je suis ultra en faveur des veggie burgers et autres options vege* dans toutes les grandes enseignes, junk, fast, ou autre food de grande surface….même si je mène en parallèle d’autres combats, pour redonner à l’alimentation végétale (non transformée) sa juste place et valeur.
    Ce combat n’empêche pas l’autre, ils se complètent et s’alimentent (si j’ose dire) pour prendre une force exponentielle, maintenant qu’ « ils » ont compris qu’il y avait du flouze à se faire 😊

    Merci encore et longue vie à vous (et à votre plume!)

  18. J’ai succombé à la tentation d’être Charlie mais je ne serai pas Bob. J’ai d’ailleurs prévu d’aller goûter le veggie truc, en bande (désorganisée !).
    Merci d’avoir exprimé si distinctement ce qui me trottait dans la tête depuis quelques jours (et quelques lectures sur les réseaux sociaux).

Laisser un commentaire